Les voyages de Mamina

Les voyages de Mamina

samedi 10 décembre 2016

CUBA -1 - la belle des Caraïbes - La Havane

Et voilà ! le voyage de cet automne n'est déjà plus qu'un souvenir mais quel plaisir de le revivre ici.

Cette année donc c'est Cuba qui a eu notre préférence : l'ile à la forme d'un crocodile, l'ile du tabac et de la langouste, l'ile multicolore, l'ile de la musique et de la danse, l'ile des poètes et des écrivains, l'ile toute neuve et déjà décrépite, l'ile multiraciale, l'ile du Che et de Fidel à l'histoire tourmentée...
Tout est évocateur, tout est vrai et tout est faux...

Cette fois-ci nous ne partons que tous les deux, nous ne maitrisons pas l'espagnol, le circuit que nous voulons faire est long. Nous choisissons donc la facilité en rejoignant un petit groupe de voyageurs avec l'agence Puraventura.  https://www.puraventura.fr/circuit/cuba/xcub/itineraire
Le circuit proposé nous convient, les hébergements se font en "casa particular" (chambre chez l'habitant), un minibus va nous transporter d'une ville à l'autre, nous ne serons un groupe de 10 et le programme prévoit pas mal de temps de libre ce qui va nous permettre de flâner à notre guise...

( Cliquer sur les photos pour les voir en plus grand )

D'abord un vol Pau/Paris, une nuit à Paris (merci la famille) puis un Paris/Madrid et pour finir un Madrid/La Havane.... au passage nous survolons la baie de St Jean de Luz et les champs d'oliviers en Espagne, ensuite ce sera l'océan...



La Havane :

Quand nous découvrons La Havane la nuit est déjà largement tombée et nous sommes crevés ! nous venons d'attendre plus de 3 heures nos bagages dans une salle pleine de gens énervés, sans un siège pour s'asseoir ni une bouteille d'eau à acheter !
Les formalités d'entrée ont été rapides mais les bagages sont arrivés au compte-goutte sur le tapis ! il y avait 3 avions à peu près dans le même temps ! galère !
Du coup nous avons le temps de faire connaissance avec Janine et Claude de Montélimar et Sylvie et Dominique de Paris, nos compagnons de voyage.
Nous retrouvons Yolande, Alfred, Christine et Jean-Jacques de Strasbourg dans le minibus qui nous amène directement à notre hébergement...
Pour l'instant une bonne nuit, on verra demain ! ici il est 23 h, chez nous il est 5 h du matin !

Yolanda, notre hôtesse, nous apporte le petit déjeuner à 7 h 30. En fait nous ne logeons pas chez elle mais dans un appartement contigu. C'est très sommaire mais propre et grand. Le chauffe-eau qui semble sorti des années 50 nous inquiète juste un peu !
Le petit déjeuner est copieux, complet et excellent. Ce sera le cas tout au long du voyage.
Assiette de fruits exotiques (papaye, ananas, mangue, goyave...) jus de fruits frais, café, thé (j'aurais plus souvent des tisanes car le thé ici est très cher et introuvable en magasin), beurre, pratiquement jamais de confiture (pourtant sucre et fruits à volonté à Cuba) pain grillé ou biscottes et si l'on veut omelette, fromage, charcuterie... de quoi bien démarrer la journée !

 



A 8 h 30 Thaïly, notre petite guide cubaine, vient nous chercher. Elle parle bien le français et va nous aider à mieux connaitre son pays.
Malheureusement, son discours très formaté va nous empêcher d'approfondir la réalité des choses. Elle est souriante, elle cherche à nous faire plaisir, elle est imbattable sur les dates, sur les chiffres, sur l'histoire de son pays cependant elle esquive toutes les questions embarrassantes sur la vie quotidienne ou nous donne des réponses qui vont à l'encontre de ce que nous observons.
Sur le coup c'est parfois agaçant, tout en comprenant que son rôle de guide cubaine n'est pas de critiquer son pays et manifestement elle croit sincèrement à tout le côté positif du régime. "l'état subvient à tout""pas de pauvres ni de riches"
C'est vrai, le système de santé est l'un des meilleurs au monde et tous les enfants sont scolarisés, à côté de ça pas d'engins agricoles dans les champs, encore les bœufs et une charrue, des bus brinquebalants ou des bétaillères pour les transports en commun, un habitat très pauvre dans les campagnes, très dégradé dans les villes... " la faute à l'embargo américain qui empêche l'importation de matériel "
Il faut reconnaitre que notre statut de touristes nous simplifie les choses : nous avons un beau bus presque neuf et confortable, nous sommes parfaitement reçus dans les restaurants avec profusion de nourriture, nous sommes gâtés par rapport à l'ensemble de la population.
Le tourisme a le vent en poupe actuellement à Cuba et il augmente de plus de 15 % tous les ans ces dernières années. C'est un secteur très porteur d'emplois où les salaires + les pourboires génèrent de grandes disparités.
Bon, ceci posé, notre voyage a été bien agréable et rempli de surprises : souvent des arrêts pendant les visites pour se désaltérer, pots offerts et pratiquement dans chaque ville des balades en transports local...

Avant de partir à la découverte de La Havane, un très bref résumé historique de Cuba est nécessaire :
Cuba, une ile des Caraïbes  peuplée d'indigènes, a été découverte par Christophe Colomb en 1492 donc une histoire très récente. La première ville de l'île, Baracoa, à l’extrême est, fût érigée en 1511 par les troupes espagnoles venues coloniser le territoire, puis au fur et à mesure de leur avancée d'autres villes appaeaissent : Bayamo, Trinidad, Sancti Spiritu et la dernière des 7 villes principales, La Havane en 1517.
Il ne reste pratiquement rien de cette époque dans les centres historiques. Les guerres d'indépendance contre les espagnols et les anglais, les pillages incessants des pirates, les trente ans de guerre de la fin du 19 ièm siècle, la révolution des années 50 contre la dictature de Batista soutenue par les Etats-Unis, la mise en place du régime castriste, la mise en place du système d'économie de survie après l'embargo américain et les différents ouragans qui ont balayé Cuba ont eu raison du patrimoine de l'ile.
Heureusement, depuis les années 80 plusieurs villes ont été élevées au titre de patrimoine mondial et avec l'aide de l'Unesco et de capitaux privés étrangers, les centres historiques ont retrouvé toute leur beauté et leurs couleurs.

La Havane est une ville superbe, réellement je ne pensais pas voir de si belles choses..

Le bus nous dépose près du canal d'entrée de la baie défendue par plusieurs forteresses et nous prenons les premières photos des voitures anciennes garées Avenue Del Puerto.
Nous commençons la visite à pied de La Havane dans le quartier "Habana Vieja" par la place d'Armes bordée d'un côté par le Château de La Real Fuerza bâti en 1538 pour tenir les pirates en respect. Tout à côté "El Templete" un petit temple néo-classique de 1828 où juste en ce 16 septembre les Havanais commémorent la première messe qui marqua la fondation de la ville. C'est la queue devant l'édifice, il faut tourner trois fois autour d'un arbre planté sous le fronton...
Au centre de la place une statue de Manuel de Cespédès -père de la Patrie- guerre d'indépendance de 1868.
Entre lui et José Marti on les verra partout sur l'ile !
La place par ailleurs est bordée d'anciens palais et de riches demeures souvent transformés en petits musées.
C'est aussi la place des Bouquinistes, nous les verrons là 15 jours plus tard.




                                                                                           
             

Nous descendons vers la Place St François d'Assise où se trouve un ancien couvent de 1628 (devenu centre culturel) ainsi que l'ancienne douane et la Bourse du Commerce témoins de l'activité portuaire du début du XX ièm s.
Au passage nous faisons la queue devant une banque pour changer nos euros en CUC, le peso convertible, à l'usage des étrangers, indexé sur le dollar il vaut 24 fois plus cher que le peso cubain, le CUP, utilisé par les habitants pour les dépenses courantes. Il y a une dizaine de personnes devant nous, nous entrons un par un mais ça va assez vite.


            
                                                                                           
Tout autour de la place de jolies façades, des balcons colorés, des petits patios cachés et des galeries d'art.





Nous visitons la maison d'une communauté de moines haute de 4 étages. Chaque balcon intérieur est couvert de plantes retombantes, ce qui permet de récolter l'eau dans le bassin du bas... très ingénieux !

 

 


De là nous allons vers ce qui sera notre coup de cœur, la Plaza Vieja.
C'est une grande place très animée et très colorée, pleine de cachet. Ce jour-là des scolaires l'utilisent comme terrain de sport... les cris, les rires fusent de partout, les enseignants maitrisent très bien tous ces petits qui font des jeux d'adresse ou de vitesse. D'un autre côté des cubaines en robes colorées attirent le touriste pour des photos, le marchand de glace attend les gourmands, le vendeur de noix de coco prépare ses boissons fraiches et au milieu de tout ça de nombreux groupes de visiteurs déambulent, appareil photos vissé à l’œil... c'est tellement joli !
Pratiquement tous les immeubles qui bordent la place accueillent des restaurants, des musées, des galeries d'art ou des institutions culturelles. Nous en faisons tranquillement le tour mais nous n'avons pas le temps de visiter grand chose.
Je suis attirée par ces façades blanches, bleues, ocre ou vertes, par ces ferronneries ouvragées, par ces balcons de bois, par ces vitraux chatoyants.












Nous faisons tranquillement le tour de la place, quelques cubains viennent vers nous soit avec une carte de restaurant, soit avec une adresse de casa, soit pour proposer une visite de ville en taxi... ce n'est jamais insistant, toujours souriant, sympathique et quand nous déclinons les offres en disant que nous faisons partie d'un groupe on nous souhaite alors un bon voyage... Jamais au cours du voyage nous n'avons senti aucune pression, ce fût à chaque fois au contraire l'occasion d'un court échange.
Thaïly nous annonce une surprise. Nous la suivons tout en saisissant quelques images au passage.

 

 

 C'est un pot de bienvenue qui nous attend sur la terrasse de l'Hôtel Ambos Mundos, ce sera notre premier mojito et pas le dernier, ce sera notre premier orchestre et pas le dernier ! voilà le côté festif de Cuba que nous sommes aussi venu chercher.
La vue est belle sur les toits de La Havane et après cet agréable intermède nous descendons d'un étage pour visiter la chambre que Ernest Hemingway a occupé par période entre 1932 et 1940, au moment de l'écriture de "Pour qui sonne le glas", c'est petit, c'est modeste, on y voit sa machine à écrire... 

 







Nous continuons notre balade vers la place de la Cathédrale. Une place fermée, plus petite et qui nous a bien plu aussi. Elle est plus sobre, pas de crépi coloré mais un bel assortiment de vieilles pierres, décor intact du 18 ièm s. Au fond de la place la cathédrale, plus large que haute avec ses deux clochers asymétriques et tout autour à nouveau de riches demeures aux jolis patios ombragés. Ce matin-là il y a du monde !





Nous avons déjà bien trotté ce matin et il est grand temps d'aller manger. C'est un petit restaurant typique du côté des rues Compostella et Muralla qui nous accueille avec un premier plat de poisson/crevettes/langouste. Un peu difficile de bien repérer les goûts... nous terminons avec un riz au lait bien sucré ; bien sûr nous avions démarré avec un mojito !!!



Nous débutons l'après-midi avec la visite du Musée de la Révolution.
En marchant je capte toujours quelques scènes de rue...

                  


                            
 


Visite intéressante mais tout en espagnol... et un peu au pas de course (les inconvénients du voyage organisé) en plus le bâtiment est en travaux.
Hommage au Che, à Fidel et à Camillo Cienfuegos - le 3 ième des "barbudos" dont on parle moins et qui pourtant fût un des purs de la révolution, disparu trop vite de façon un peu mystérieuse...




Sur la place dehors une série de belles voitures attire notre regard... ce sera pour nous ! nous allons passer une heure dans une de ces belles antiquités : Ford, Chevrolet, Buick... rose, jaune, bleue... il y a le choix !


      


Pour Pierre et moi ce sera finalement un vieux tacot Ford de 1928 au moteur d'origine nous dit fièrement le chauffeur.
Nous trônons à l'arrière du véhicule décapotable et je pense que nous avons du être photographié plus d'une fois au cours de la balade !!!!
En attendant tous ces moteurs trafiqués polluent sacrément l'atmosphère !
Le manche de vitesse déglingué, les amortisseurs qui n'en sont plus, la direction qu'il faut redresser sans arrêt et le klaxon qui meugle comme une vache ne nous empêchent pas de passer un bon moment !
Nous passons devant le Capitole, arrêt sur la Place de la Révolution, nous allons jusqu'au Parc Almendarès à travers les beaux quartiers du Vedado au milieu des ambassades et des belles villas, nous revenons par le Malecon, ce fameux boulevard qui longe la mer sur plus de 8 kms.







 
 


La journée est pratiquement finie, il fait nuit à 18 h.
C'est bien court pour prétendre connaitre cette immense ville mais nous en avons déjà un bon aperçu. Dans 15 j, au retour de notre périple, nous allons pouvoir profiter d'une autre journée de liberté pour approfondir un peu cette visite.
En attendant, ce soir nous mangeons tous les deux dans un restaurant proche de la casa. Je fais très léger, je suis partie un peu patraque.
Nous apprécions ces moments de liberté. Notre guide propose un restaurant, certains continuent à être accompagnés, d'autres préfèrent leur autonomie

Auparavant nous avions un peu marché sur le Malécon, du côté de l'Avenue de Los Présidentes, près de notre hébergement.
Le vent s'est levé, les vagues passent par-dessus le parapet, le soleil se couche sur La Havane...





Étape suivante : Vinalès



3 commentaires:

valerie.sa a dit…

J'adore te lire !!! Vivement la suite !!!

mariejo a dit…

Je regrette d'avoir eu la flemme de lire cet article sur l'ordinateur. Mais à côté de Jean , coincée entre cheminée et télé, je pensais que ça irait. Le descriptif de ce début de voyage est avenant et passionnant. Je ne pensais pas que la Havene était si belle, si colorée. Qu'est-ce qu'on peut avoir comme a priori ! "Je vous trouve trrrès beaux " dans votre belle Ford bleue décapotable ! Et doucement sur les mojitos ! Je prends le portable pour mieux montrer les images à Jean qui a chaussé ses bésicles de supermarché ��

mariejo a dit…

me voilà avec le portale sur les genoux, dans le même fauteuil que précédemment et j'ai pu regarder et montrer les photos à Jean, plus facilement cette fois-ci. Et puis, surprise, je croyais qu'il y aurait un autre article, j'ai réalisé (en regardant la date) que tu n'avais pas eu le temps d'écrire la suite. Je t'imagine la tête dans le guidon, en train de pianoter et de trier tes photos. Sûrement les photos avant l'écriture. C'est en tous cas ce que je fais, les images appellent les mots et les entraînent plus facilement au bout des doigts. Une technique qui en vaut une autre ! :D Bisous Nadine, j'attends la suite.