Les voyages de Mamina

Les voyages de Mamina

jeudi 12 octobre 2017

Québec - Le Tour de la Gaspésie


Partie 2 du voyage qui va nous mener en Gaspésie, large péninsule qui s'enfonce dans la Baie du St Laurent. C'est une région à l'Est du Québec qui a une identité particulière car très tournée vers la mer et en même temps couverte d'immenses forêts.

mardi 19 septembre - Vallée de la Matapédia - Baie des Chaleurs - Nouvelle

Nous quittons Le Bic direction le Nord pour rejoindre Mont-Joli, porte d'entrée en Gaspésie. Nous nous arrêtons à l'info-touristes (facilement repérables par le gros point d'interrogation) pour récupérer quelques cartes et quelques adresses.
C'est une charmante hôtesse qui nous reçoit et qui prend même rendez-vous pour nous dans une érablière ou cabane à sucre sur notre chemin.
Nous prenons le temps de nous promener un peu dans Mont Joli et découvrir son circuit des fresques,  des murs peints qui retracent la vie des habitants d'hier et d'aujourd'hui.






Et nous entamons le tour de la Gaspésie dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
Pourquoi ce choix ? nous serons tout du long en bordure de mer donc plus facile pour s'arrêter sur la droite, en plus les différents points de vue et les aires de pique-nique sont de ce côté-là, plus facile aussi de quitter la route pour entrer dans les villages, on peut mieux anticiper...
Pour l'instant pas de bordure de mer, nous traversons la péninsule vers le Sud en suivant la rivière Matapédia.
A Sayabec nous prenons la direction de Ste Paule pour nous arrêter juste avant le village à l'érablière de la Pente Abrupte, propriété de la Famille Lavoie. Le nouveau gérant nous accueille pour une visite des lieux.
Tout d'abord l'ancienne cabane qui au fil des siècles a été agrandie et compte maintenant une auberge (chambres et restauration sur demande) et sur le côté le local de transformation pour obtenir le sirop d'érable.
Au début c'était une production familiale, c'est devenu une véritable entreprise. Nous apprendrons tout sur le sirop d'érable, de la récolte à la commercialisation. c'est passionnant et notre guide est bien sympathique ! nous y passons bien sûr plus de temps que prévu mais quel bon moment même si ce n''est pas le temps de la récolte.
Autour des bâtiments les érables commencent à se colorer pour l'automne, l'image est belle !



            




J'avais prévu une randonnée au bord du lac Matapédia, finalement nous n'y ferons qu'une petite marche et le pique-nique vers Les Criques.




Nous sommes à l'affût des couleurs...


Au passage les ponts couverts d'Amqui et de Rothierville



Pas trop d'arrêts car nous avons trainé le matin et il y a un peu de kms à faire mais la route est tranquille avec peu de circulation. Et puis chaque arrêt est l'occasion de papoter soit avec les pêcheurs de saumon, soit avec des touristes comme nous... à cette allure là on n'avance pas !
Nous longeons la frontière avec le New-Brunswick, il suffirait de passer sur le pont de Campelton pour y être.
Nous voici en vue de la Baie des Chaleurs couverte de brume.


Très vite nous arrivons à notre superbe gîte "A l'abri du Clocher" à Nouvelle. C'est l'ancien presbytère, une magnifique maison en bois de 26 pièces nous dit Josée en nous accueillant chaleureusement. Vous pouvez choisir la chambre des Nonnes ou celle Curé de campagne, ce soir nous avons la chambre Monseigneur avec les meubles d'époque, il y a même laissé sa tiare !





Michel et Josée laissent à notre disposition d'autres pièces de détente et nous y ferons d'ailleurs la rencontre très enrichissante de Mathieu Martin, un québécois très érudit qui nous a beaucoup appris sur sa région, un vrai amoureux de son pays... et de Gilles Vigneault !
Nous profitons de la fin de l'après-midi pour aller en bord de mer à Carleton. Nous nous garons dès l'entrée de la petite ville et nous rejoignons le quai par une passerelle de bois qui longe la baie, très jolie promenade qui nous mène à un bon restaurant de poissons " le Marin d'Eau Douce" où nous nous ferons plaisir avec une table d'hôtes (on choisit un plat à la carte et on a une entrée, une soupe et un dessert en plus)




Nous rentrons par le même chemin à la lueur de notre lampe..;
Monseigneur ne viendra pas nous chatouiller les pieds pendant la nuit !

Le mercredi 20 septembre - Bonaventure - Anse à Beaufils - Percé

Le petit déjeuner de ce matin a été pantagruélique ! jolie table, jolie présentation et délicieux...
Après ça pas la peine de se soucier du repas du midi !
Le moment est en plus très sympathique car nous échangeons avec nos hôtes, avec Mr Martin et avec un jeune couple de français. Nous mettons longtemps à partir, ce fût une belle étape.





Il fait grand soleil, 20°, nous avons retrouvé le beau temps !
Nous ferons pas mal d'arrêts avant d'arriver à Percé, notre étape du soir.
Tout d'abord le phare de New Richmond, tout joli, en bois, carré et rouge et blanc.
Nous y rencontrons pour la première fois Marc et Mireille, deux toulousains,  que nous retrouverons plusieurs fois d'ici la fin de notre séjour.



 


Nous allons visiter le Musée Acadien de Bonaventure.
L'histoire de ce peuple sans pays est d'autant plus intéressante que leurs ancêtres sont en majorité issus du pays Basque, de Bretagne, de Normandie et de Vendée. Ce sont souvent des pêcheurs et leurs familles venus s'installer en Nouvelle France au 17 et 18 ièm siècle. Le conflit avec l'Angleterre entraina la déportation des habitants en 1755 remplacés par des immigrants irlandais et anglais. A leur retour les terres étaient occupées les obligeant à se répartir sur le Nouveau Brunswick, la Nouvelle Ecosse, les iles et la Gaspésie, voire partir pour la Louisiane (devenus les cajuns).
Ce peuple a une identité, un héritage culturel mais pas de frontières. Ils ont un drapeau : le drapeau français orné d'une étoile.
Le musée retrace leur histoire, leur mode de vie, leur présence actuelle...








Et sur notre chemin : les bornes incendie peintes de New-Carlisle


Les plages roses de Pabos

 Les jolies maisons en bois
 Les agréables points de vue bien aménagés
 Le phare de Cap d'Espoir

Belle promenade et long arrêt à Anse-Beaufils un joli port de pêche, célèbre pour sa brasserie, pour "la Vieille Usine" bistro-pub dans une ancienne usine à poissons qui doit sa sauvegarde aux habitants et surtout pour l'ancien magasin général.
Datant de 1928,  la visite de ce "supermarché" d'antan est animée par un groupe d'acteurs qui nous fait revivre la vie du village... avec l'accent gaspésien...









A partir de Anse à Beaufils on commence à apercevoir au loin à l'horizon l'ile de Bonaventure et dès que l'on approche de Percé c'est le célèbre rocher qui se dévoile.
Je suis ravie, demain nous devons faire une excursion sur l'ile et le temps est vraiment pour nous, quelle chance ! ce soir la lumière est belle et quelle surprise en ouvrant les rideaux de la chambre !





Pour les trois étapes qui suivent nous restons deux nuits à chaque fois et nous avons choisi des motels traditionnels, les chambres sont très spacieuses et les emplacements au top. Ce soir nous sommes au Motel "Le Mirage".
Assez vite nous descendons à pied vers la bourgade pour repérer le quai d'embarquement, se renseigner sur les marées, les billets de bateaux et à la recherche aussi d'une laverie, il est temps !
Nous mangeons du poisson "Aux mille Délices"et plus tard nous nous mettons au lit avec les lumières de Percé en contrebas du motel.




jeudi 21 septembre - ile de Bonaventure

Nous allons passer aujourd'hui une journée exceptionnelle, la plus belle de tout le séjour !



Nous sommes dès l'ouverture à la buanderie et pendant que le linge lave puis sèche nous prenons notre petit-déjeuner dans un café à côté, achat d'une salade de pâtes pour le pique-nique, 2 pommes, achat des billets pour la traversée, retour à l'hôtel avec le linge.... et nous voilà sur le quai avant 10 h.
Pfouuuu ! y'a du monde !
Nous avions bien vu plusieurs bus dans les hôtels aux alentours... Il faut dire que Percé est LA destination touristique de Gaspésie et même des croisiéristes de passage à Québec amènent leurs passagers ici pour deux jours.
Nous avons le temps d'admirer le Mont St Anne et sa nouvelle attraction (une plateforme suspendue), la plage, les kayakistes qui se préparent et même au loin des gens qui profitent de la marée basse pour s'approcher du rocher.




 

Pas grave, tout est bien organisé ; nous ne sommes pas du premier bateau, un deuxième arrive très vite, les agences travaillent ensemble pour notre confort. Du coup nous sommes moins nombreux.
Le bateau nous amène d'abord autour du Rocher Percé puis nous fait faire le tour de l'île Bonaventure avant de nous déposer sur le quai.



 La pointe des Trois Soeurs

Lorsque nous commençons à contourner l'île, c'est l'émerveillement ! une sacrée émotion !
D'abord ce sont des dizaines de phoques qui se prélassent au soleil, sur les rochers dégagés par la marée basse (d'où l'intérêt à choisir les heures de marée) Ils ne semblent pas le moins dérangés par le bateau qui ne s'approche pas trop non plus...
Les fous de Bassan s'accrochent à chaque aspérités de rocher et garnissent la crête des falaises, ils volent de tous côtés et plongent à pic dans la mer...
C'est un spectacle splendide !

















Nous débarquons mais pas mal de gens restent sur le bateau pour rentrer à Percé.
Il faut dire que l'intérêt est d'aller jusqu'à la colonie d'oiseaux à l'opposé du quai. Il faut 1 h de marche au plus court pour s'y rendre. Des guides nous expliquent tout ça et surtout, impératif, le dernier bateau repart à 16 h. Il y a le choix par plusieurs chemins et nous partons par le sentier des Mousses après avoir payé notre écot pour entrer dans le parc.



    


C'est un joli chemin agréable, pas mal de marches quand même (!), ombragé, qui longe assez vite la falaise. On s'arrête à un promontoire pour manger -salle à manger de luxe- avec les fous de Bassan qui volent autour de nous !



Et après plus de 3 kms nous arrivons en vue de la colonie. Ce que nous avons vu du bateau n'est qu'une infime partie des oiseaux qui nichent ici... 46 000 couples se retrouvent ici chaque année, c'est le plus grand rassemblement dans tout l’hémisphère nord. C'est incroyable ! en plus du bruit, de l'odeur (pas si terrible que ça !) ça s'agite constamment. Nous restons longtemps devant ce spectacle !
Quelques passerelles et promontoires permettent d'être au plus près des oiseaux.






Le Fou de Bassan est un très bel oiseau, blanc immaculé, juste le bout des ailes noir, le cou et la tête  jaune pâle, des yeux bleus cerclés de gris, le bec gris bleuté avec des lignes noires se terminant par un masque autour des yeux... on le croirait passé entre les mains d'un peintre... et si on regarde bien ses pattes palmées sont soulignées d'un fin trait vert... mâle et femelle sont identiques.
A l'envol leur envergure peut aller jusqu'à 1,80 m.





Les petits sont plutôt moches, plein de duvet puis des plumes grises, ils se font nourrir par les parents et restent près du couple cherchant la nourriture dans le bec.





Le plus joli c'est de les voir faire leur parade, ça danse, et ça se bécote, et ça se chatouille, et ça se fait des câlins...

       


 


On ne peut pas non plus y rester des heures... le bateau est à 16 h et autour du quai il y a quelques maisons anciennes à voir ; on rentre par le chemin Paget toujours bien aménagé et tranquille.
Un magnifique renard nous coupe la route...






Visite de la maison LeBoutillier



et nous quittons l'ile avec un dernier regard sur ce parc splendide et sur le Rocher Percé.





Retour sur la terre ferme un peu sonnés par ces bons moments...
Nous discutons un peu avec Mireille et Marc retrouvés sur les sentiers et sur le bateau.
Un tour dans Percé avec ses belles maisons en bois, une bière au Pit Caribou. Nous trainons jusqu'à l'heure du repas que nous prenons au Surcouf : guédille au crabe et lasagnes de fruits de mer.
Retour au Motel en magasinant un peu







Nous avons presque 12 kms dans les jambes, vite au lit !

Vendredi 22 septembre

Petite étape encore aujourd'hui, nous avons tout notre temps pour rejoindre Cap des Rosiers où nous restons à nouveau deux nuits.
Premier arrêt assez rapidement après le départ puisque nous allons à la recherche d'agathes sur la plage de Coin-du-Banc. L'endroit est d'autant plus joli que nous sommes aussi en bordure du Barachois de Malbaie, d'un côté une belle plage, de l'autre des marais, au fond les montagnes colorées et au milieu une passerelle de bois bien aménagée... de quoi faire une bonne heure de marche.







Nous sommes partis sous un beau ciel bleu pour nous engouffrer dans un nuage gris, espérons que ça ne dure pas ! au loin l'île de Bonaventure et le Rocher Percé.


L'église de St Georges de la Malbaie

Anse de Seal Cove avec quelques phoques au loin
Et nous arrivons sur Gaspé où nous faisons un petit tour.
Une rue un peu plus ancienne,  une croix en pierre symbolisant l'endroit où Jacques Cartier a débarqué, une cathédrale à l'architecture originale et intérieur tout en cèdre... la balade est vite faite.





En sortant de la ville, arrêt au Musée de la Gaspésie et surtout au monument en hommage à Jacques Cartier : 6 stèles sculptées retraçant l'histoire de son arrivée en 1534





Et nous filons sur le parc Forillon, à l'extrême pointe est de la Gaspésie. C'est un parc national dont l'entrée est gratuite cette année pour fêter les 150 ans de la Confédération Canadienne.
Nous avons l'après-midi devant nous et nous allons dans le secteur de la Pointe de Penouille. C'est une large bande de sable couverte de pins avec d'un côté la plage et son bois flotté et de l'autre des marais, refuge des oiseaux.


Une passerelle en bois nous permet de joindre le sentier de la Taïga et nous nous enfonçons au milieu des sapins en prenant garde de ne pas abimer les mousses et les arbustes qui tapissent le sol de couleurs pastels.




 

En vue du marais (barachois) nous tombons sur un groupe d'oies bernache en train de se nourrir. Ce coin est vraiment magnifique sous le soleil. Nous rentrons par le chemin gravillonné après avoir lu quelques panneaux explicatifs sur la vie sur la côte et sur l'expropriation des familles lors de la création du parc. Nous avons une belle vue sur la baie de Gaspé.




    

Nous traversons le parc pour arriver à notre hébergement, le Motel du Haut Phare, juste face au Phare du Cap des Rosiers. Nous arrivons juste alors que la lumière du soir l'éclaire comme il faut ! Nous faisons une belle promenade sur le site et nous aurons la chance de voir à plusieurs reprises un rorqual à la surface de l'eau.




Ce soir nous grignotons dans la chambre, juste une pomme ce midi, il fallait faire léger après les restaurants de ces derniers jours !
Une nuit superbe avec le bruit des vagues...

A dans 15 jours pour la suite du voyage... vacances de Toussaint en Bretagne

5 commentaires:

Skyrgáamur a dit…

Mamina, as-tu essayé la tiare de Monseigneur ?

Grand Caribou a dit…

Ah, l'Ile Bonaventure...le ''must'' d'un tour de la Gaspésie!! LE site est unique surtout pour la proximité avec les Fous (évidemment l'odeur n'apparaît pas sur les photos ;-)).
Et en plus, quand le soleil est de la partie, alors c'est véritablement ''Top''
La Gaspésie est une très belle région, son ''seul défaut'' : être à 900 km de MOntréal ;-)

Mamina a dit…

@ Skyr : bien sûr que je l'ai essayée ! ils avaient une petite tête à l'époque ! ;)

@ Grand Caribou : merci de continuer à me suivre, oui cette journée a été le summum du voyage !

Grand Caribou a dit…

Salut,
Toujours sympa ce compte rendu, avec de bien belles photos!! Bon faut dire que la Gaspésie est pas mal photogénique mais quand même, faut bien que quelqu'un soit derrière l'appareil photo!!
Bon je me permets une toute toute petite correction, il s'agit de St Georges de Malbaie et non de St Georges de LA Malbaie (qui, si il existait, serait probablement à côté de la Malbaie, en Charlevoix (belle région s'il en est une aussi ;-))

chaourcinette a dit…

quel beau voyage en Gaspésie...Rien que le nom me fait rêver ! des photos splendides, un magnifique partage...et ces fous de Bassan aux yeux maquillés !! superbe !! je suis une fan de Gilles Vigneault et c'est un pays que j'ai toujours rêvé visiter...tu l'as fais pour moi !! vraiment un très beau reportage ! bisous Mamina!