Les voyages de Mamina

Les voyages de Mamina

lundi 7 mars 2016

BARCELONE : 3 jours pour un petit tour...





Fin février nous sommes allés une bonne dizaine de jours chez Fille Ainée à Perpignan.
Tout le long de la route nous avons eu une belle vue sur la chaine des Pyrénées... puis passage par Foix, le chemin des écoliers !


C'était l'occasion, en milieu de semaine, d'une nouvelle vadrouille, vers Barcelone cette fois-ci. Ce sera notre quatrième visite dans cette ville, la première en 2001, la dernière très rapide en 2005....

Difficile de se garer dans cette immense ville, difficile de trouver un hôtel en cette période de salons, du coup nous optons pour Blablacar pour les trajets et AirBnB pour le logement.
Quel bonne idée ! trajets super, ponctualité, lieux de rendez-vous faciles, quant au logement ça ne pouvait pas être mieux, en plein dans la vieille ville, face à l'église Santa Del Mar, très propre, fonctionnel, spacieux, juste bruyant le soir car situé sur une petite place avec restaurant et café... on s'en accommode !








Nous sommes partis très tôt de Perpignan et du coup nos chauffeurs nous déposent à peine passé 9 h dans un centre commercial désert... reste à savoir où nous sommes ! un renseignement et un trajet en tramway plus tard nous voici trop tôt près de l'appartement.
Nous prenons le temps de déguster un café au soleil sur la Plaza Commercial et de visiter le Centre Culturel El Born (entrée libre) non loin.
Nous allons déjà bien profiter de cette première journée
Le Centre Culturel El Born est une immense halle de verre et d'acier du XIXè siècle, abritant autrefois un vaste marché, on y découvre des vestiges archéologiques du XIVè au XVIIè siècles. Visite très intéressante avec de nombreux panneaux explicatifs qui nous permettent aussi d’appréhender l'histoire de la ville.
Une fois sur "notre" petite place nous entrons dans la basilique Santa Del Mar à l'architecture gothique catalane, une belle unité de style.






Il est midi, nous récupérons les clés, juste le temps d'ouvrir le sac et nous voilà partis vers la Barceloneta, le quartier en bord de mer, c'est à 5 mn à pied.
Nous passons devant le Musée d'Histoire de la Catalogne installé dans des anciens entrepôts, puis nous logeons le port avec ses yachts impressionnants, nous contournons le quartier et nous remontons le front de mer jusqu'au port olympique dominé par la sculpture "le Poisson Doré" de Franck Gehry (encore lui !)
Un peu de monde sur la plage profitant de cette belle journée, des acharnés de dominos qui ne lèvent pas les yeux de leur jeu, au loin un immeuble qui ressemble à une voile posée sur l'eau, plein de gens qui se promènent, qui font du sport, c'est un moment bien agréable.







C'est à l'heure espagnole que nous nous arrêtons manger dans une ruelle de la Barceloneta au milieu des habitués. Ces immeubles hauts de cinq étages ont remplacé un bidonville pour y loger près de 10 000 dockers et pêcheurs. Le quartier reste populaire en dehors du front de mer, le linge sèche sur les balcons et sur les bords des fenêtres de nombreux drapeaux catalans marquent l'attachement des habitants à leur région



 Nous marchons ensuite vers le Port Vell, entièrement refait avec son superbe aquarium (visité lors de notre dernier passage), sa galerie marchande, ses statues flottantes, ses mouettes et la rambla del mar, jolie passerelle tortueuse. Au loin nous voyons les cabines du téléphérique de Monjuic se croiser à la Torre de Jaume.







Le soleil est un peu moins présent, cela ne nous empêche pas de remonter les fameuses ramblas après être passés devant la haute statue de Christophe Colomb désignant l'horizon. Il n'y a pas trop de monde, les artistes habituels ont même déserté l'avenue, c'est donc tout tranquillement que nous remontons vers la Place de Catalogne mais de nombreux arrêts sont prévus !


D'abord la Plaça Reial, aménagée dans les années 1850, entourée d'arcades, plantée d'immenses palmiers et décorée de magnifiques réverbères, œuvres de Gaudi, nous attire. Cette place est très vivante, elle propose de nombreux restaurants et cafés et l'été plein de jeunes viennent s’asseoir à même le sol à l'ombre des palmiers. Nous y sommes passés un soir, elle a son charme aussi...





Arrêt au Palais Guëll un peu à l'écart de la Rambla ; Guëll était un des mécènes de Gaudi et lui faisait régulièrement des commandes de maisons, de palais, de jardins d'où la confusion parfois entre les deux noms. Nous ne sommes pas rentrés à l'intérieur, ce sera une prochaine fois... la façade laisse déjà présager de la folie Gaudi !



Nous continuons notre promenade, le soleil est de retour. Partout de belles façades dont le Théatre del Liceu,  l'immeuble d'un ancien fabricant de parapluies, en plein milieu du passage une mosaïque de Miro que les gens foulent sans s'en rendre compte, les petits marchands de fleurs et ceux à la sauvette prêts à s'enfuir dès que la police se montre... une belle animation...






Et nous voilà au célèbre marché de La Boqueria, ici c'est une débauche de senteurs, de couleurs, de fruits tous plus exotiques les uns que les autres, de jus attirants, de tapas qui nous mettent l'eau à la bouche, de chocolat qui évoquent déjà Pâques, de bonbons gélatineux de toutes formes dont les touristes asiatiques remplissent de gros sachets et surtout de nombreux étals des célèbres jambons espagnols à des prix faramineux.... un vrai lieu de perdition pour les gourmands !!!!
Chaque boutique propose ici des brochettes de fraises au chocolat, ici des jus de fruits originaux, ici des coupes de salade de fruits, ici des cornets de jambon ou encore des brochettes de saucissons... de quoi manger toute la journée ! Nous avons de la chance, nous sommes en basse saison et en milieu de semaine, nous pouvons facilement nous y promener et même trouver des bancs dans le jardin à l'arrière ; nous l'avons vu bien plus saturé de monde.











J'arrête là sur ce marché, nous y sommes passés plusieurs fois, nous avons parfois succombé !
 Nous décidons d'obliquer vers la Cathédrale à travers les ruelles piétonnes et les petites places pleines de charme. L'immense place devant l'édifice est couverte de monde, lieu très touristique, nous restons un moment écouter 2 guitaristes qui se font bien applaudir. L'intérieur gothique est superbe. Bêtement nous avons loupé le cloître.











Dans la cour de l'espace Frederic Marquès quelques sculptures qui m'attirent, en particulier cette gracieuse danseuse, je la trouve superbe !



Puis nous rejoignons la Via Laietana, les abords de la station de metro Jaume I, il ne nous reste plus qu'à descendre la carrer de l'Argenteria et nous retrouvons notre chez nous.
Petit passage dans une charcuterie proche, le repas sera tout simple mais succulent.


Je m'endors comme un bébé, nous sommes levés depuis 5 h 30 ce matin et nous avons une bonne douzaine de kms dans les pattes, Papipic lui, participe à l'ambiance sur la place jusqu'à plus d'une heure du matin... oups !

Ce deuxième jour il ne s'agit pas de trainer non plus.
J'ai réservé des entrées à la Sagrada Familia à 9 h, le métro nous dépose près de l'édifice et nous voyons de suite l'avancée des travaux par rapport à notre dernière visite en 2001.
Ce billet coupe-file nous permet d'être dans les premiers à l'entrée mais il nous faudra patienter jusqu'à 9 h 15 car un ouvrier, suspendu à une corde, vient de se coincer sur la porte de la Nativité. On ne nous laisse entrer que lorsque tout est sécurisé !
En attendant nous admirons la cathédrale - tout petit rappel de ce qui est aujourd'hui l'emblème de la ville -

La Sagrada Família, Temple Expiatori de la Sagrada Família de son nom complet en catalan, ou Templo Expiatorio de la Sagrada Familia en espagnol (en français : « temple expiatoire de la Sainte Famille ») est une basilique, consacrée par le pape Benoît XVI le . Les travaux ont commencé à Barcelone à partir de 1882.
C’est l’un des exemples les plus connus du modernisme catalan et un monument emblématique de la ville. Œuvre inachevée de l'architecte Antoni Gaudi, la Sagrada Família est située dans le quartier du même nom (district de l’Eixample). L’architecte a conçu une minutieuse symbologie qui fait de cet édifice un poème mystique. Il a également fait preuve de grandes audaces de construction formelle, telles la manière de concevoir la structure d’arc en chaînette ou la combinaison des traitements sculpturaux naturalistes et de l’abstraction des tours. Selon les données de l’année 2004, la Sagrada Família est le monument le plus visité d’Espagne, dépassant l’Alhambra de Grenade et le musée du Prado à Madrid1 : en 2012, elle a attiré plus de 3,2 millions de visiteurs2. L’œuvre réalisée du vivant d’Antoni Gaudí, la crypte et la façade de la Nativité, a été déclarée patrimoine de l’humanité par l’Unesco en 20053.
Puisqu'il s'agit d’un temple expiatoire, les travaux sont exclusivement financés grâce à l’aumône. En conséquence, il n’a pas été possible de construire simultanément les différentes parties du monument lorsqu’il l’eût fallu, mais depuis les années 1990, l’affluence de visiteurs et le renom mondial de l’œuvre ont fait évoluer la situation économique.
Le projet présenté par Gaudí, alors âgé de 31 ans, constitue un changement total par rapport à celui de Villar. Il prévoit la construction d’un temple à l’architecture issue de son imagination personnelle, de tendance naturaliste-moderniste, formé de cinq nefs, la croisée, l'abside, un déambulatoire extérieur, trois façades et dix-huit tours, dont douze pour symboliser les apôtres, quatre pour les Évangélistes, une pour la Vierge Marie (haute de 120 mètres surmontée de l'Étoile du matin) et la plus haute (de 170 mètres) au centre pour symboliser Jésus-Christ. Ce nouveau projet augmente sensiblement les dimensions de l’église. Les références mystico-religieuses ont une grande importance dans l’œuvre de Gaudí, tant du point de vue strictement iconographique que du point de vue symbolique. Il souhaitait que le temple reflète l'histoire et les mystères de la foi chrétienne. Ainsi, les trois façades représentent trois étapes de la vie du Christ, la Nativité, la Passion et la Gloire. La croisée renvoie à la Jérusalem céleste symbolisant la paix.
source Wikipédia

 Afficher l'image d'origine
 voilà une image du projet terminé, la grande tour centrale est à peine commencée et ce qui sera le porche d'entrée, porte de la Gloire, (genre d'orgues) est à peine ébauché, fin des travaux entre 2025 et 2030... serons-nous encore là ?

Nous voilà donc face à la Nativité et nous observons tous les symboles présents :
la naissance du Christ avec les rois mages et les bergers, au-dessus l'arbre de vie très coloré et les anges, plus loin la fuite en Egypte et le massacre des Innocents ; on se trouve devant la vie de Jésus en sculptures.
Une fois dans l'enceinte nous prenons nos audioguides qui vont nous permettre de nous repérer sur le plan, de savourer chaque détail et d'en savoir plus sur la construction, sur Gaudi et sur l'avenir de la construction.






Puis nous entrons dans la cathédrale. Alors là ! l'émerveillement !
Nous entrons dans un puits de lumière et de couleurs, c'est vraiment l'impression première, de la lumière partout, liée d'abord à la surface des vitraux mais surtout à la façon ingénieuse dont la couleur se reflète partout, rebondissant d'arc en arc... c'est sublime
La nef est immense, épurée et à la fois pleine de détails, nous avons la chance d'y être avec peu de monde...
nous sommes stupéfaits du changement ; en 2001 l'intérieur était encore en travaux avec des palissades partout et peu de vitraux posés, c'est une merveille d'architecture et d'imagination.






A chaque angle grimpent des escaliers en colimaçon tous différents, un balcon court sous les vitraux, les quatre piliers du chœur sont ornés des emblèmes des quatre évangélistes, on ne sait où donner de la tête !
Il faudrait des jumelles pour apprécier les mosaïques de la voute.

 







Parfois le bleu et le vert prédominent, parfois c'est le rouge et le jaune... On croirait que les colonnes sont peintes... et en plus la couleur se modifie au cours de la journée...
Nous sortons ensuite par le porche opposé, celui de la passion du Christ, très austère, très brut. Les statues semblent taillées à la serpe, les visages sont très expressifs, les lignes très droites... complètement différent.
























En allant au musée au sous-sol, nous passons près de l'école construite par Gaudi pour les enfants des ouvriers travaillant sur le chantier. Je ne l' avais jamais remarquée, peut-être vient-elle d'être rénovée, une architecture intéressante et photogénique en tous les cas !


Au musée on peut observer des maquettes, des ébauches en plâtre, les ateliers de fabrication des détails
La crypte avec la sépulture de Gaudi est fermée.
Nous retournons une nouvelle fois nous imprégner de cette nef grandiose et nous ressortons non sans admirer les portes en bronze coté nativité.
Toutes les trois sont ornées de feuilles et de fleurs et si on regarde dans le détail c'est tout un ensemble de petits animaux qui se cachent au milieu de cette verdure.





















Nous venons de passer plus de deux heures à la cathédrale, il commence à y avoir beaucoup plus de monde.
Nous allons en faire le tour par l'extérieur et regarder les tours. Quand l'édifice sera terminé il va surprendre car il sera très coloré. Partout des détails de mosaïques, en haut des tours des symboles religieux, ci et là des corbeilles de fruits, encore ici des inscriptions, toujours plein de couleurs. A défaut de gargouilles, c'est tout un monde animalier qui orne le tour du bâtiment.
A terme l'église aura une haute tour symbolisant le christ, une un peu moins haute pour la Vierge Marie, 4 pour les évangélistes et douze autres pour les apôtres, dix-huit tours unique dans leur décoration.












Dans un angle le monument symbolisant la pose de la première pierre... et voilà c'en est fini de la Sagrada !






















Nous rejoignons à pied la Diagonal, cette avenue qui traverse tout Barcelone, pour commencer les visites de toutes ces maisons néo-gothiques et modernistes célèbres grace à leurs architectes. Il faudra un jour que nous visitions l'intérieur de l'une d'entre elles ; c'est une visite à prévoir à l'avance vu la longueur de la queue devant les entrées !

La Casa Terrades de Puig i Cadafalch




Le Palau Baro de Quadras toujours du même architecte avec sur l'Avenue Diagonal une façade gothique et sur l'arrière une façade plutôt moderniste, à l’intérieur un joli patio





Et, sur le Passeig de Gracia :

La Pedrera de Gaudi que l'on croirait façonnée par la mer



Nous continuons notre descente vers l'îlot de la Discorde - ensemble de trois maisons ainsi nommées car qui faillait-il récompenser des trois architectes ? qui avait fait la plus belle maison ? -

La première, celle qui est la plus originale, la plus colorée, la plus photographiée c'est la Casa Batllo, réalisée en 1904  par Gaudi pour l'industriel Batllo. Recouverte de mosaïques, elle semble vêtue d'écailles, les balcons sont-ils des dominos de carnaval ou des têtes de sauriens ? L'imagination peut tout échafauder, la maison s'y prête ! En prenant la rue d'à côté vers la fondation Tapies, nous voyons devant un magasin de bricolage un panneau qui nous incite à rentrer et à monter au second étage en terrasse pour voir la maison de l'arrière. Nous en profitons de suite !

 






La seconde maison, attenante, est la Casa Amatller de l'architecte Puig i Cadafalch plus attaché au style gothique, on croirait un palais des Pays Baltes...
Le contraste entre les deux maisons est étonnant !



A peine plus loin, le troisième bâtiment est plus sobre mais il attire l’œil quand même. C'est la Casa Lieo Morera due à Domenech i Montaner.
Ces trois architectes contemporains ont donné à la ville de Barcelone son identité !

   

et pour finir le bâtiment en briques de Domenech i Montaner qui abrite la Fondation Tapies, la facade est surmontée d'une sculpture en aluminium de l'artiste.


Une chose que j'ai bien appréciée en cette fin d'hiver, c'est que les arbres dénudés m'ont permis de faire plus facilement des photos qu'en plein été lorsque les feuilles cachent tout !
Descendre le Passeig de Gracia permet aussi d'admirer les 32 magnifiques lampadaires-bancs de Falquès Peré et de nombreuses façades majestueuses.







Après un arrêt repas nous arrivons à la Plaça de Catalunya où tout se centralise à Barcelone : les commerces, les bus, le métro, l'office de tourisme, les points de rendez-vous.... c'est une place très vivante, très animée et très agréable. Deux immenses fontaines, des bancs et des arbres peuvent en faire un coin de repos.



Nous descendons un peu la Rambla et nous obliquons à travers les ruelles vers la Palais de la Musique Catalane à nouveau de Domenech i Montaner que j'ai bien envie de visiter. Malheureusement nous devons nous contenter de l'extérieur, nous arrivons 10 mn après le départ de la visite en français, je n'ai pas été attentive sur ce coup-là !
J'adore ces colonnes uniques aux mosaïques multicolores, ces guichets inclus dans les piliers encadrant l'entrée, ces balcons harmonieux, ces dômes coniques ...

       







Pas de Musée Picasso cette fois-ci, déjà vu mais que je conseille surtout pour une étude des Menines de Velasquez par Picasso, impressionnant !
Pas de parc Guëll non plus, nous y sommes déjà allés 2 fois.
Cette fois-ci on se promène, on savoure...
Nous regagnons tranquillement l'appartement par le marché Ste Catherine et son toit surprenant, les ruelles et les placettes toujours aussi agréables.




Après un peu de repos nous repartons vaillamment à pied vers le quartier El  Raval à l'ouest de la Rambla pour visiter le monastère San Pau del Camp (St Paul des Champs) construit en pleine campagne au Xiè siècle.
C'est l'une des plus anciennes constructions de la ville. Il se trouve maintenant complètement inclus dans un quartier très populaire. Entouré d'un jardin où s'amusent les enfants après l'école il nous fait la surprise d'un joli cloitre, petit havre de paix.

 



 De là sur allons sur la Rambla del Raval où je sais que se trouve une statue de Botero, un chat géant !
7 m de long, 2 m de haut et une bonne bouille !

                                                                                     




La place est très typique... pas très loin l'Antic Hospital de la Santa Creu transformé en université, en lieu d'expositions d'art moderne avec un petit jardin en son centre et nous repasserons par la Boqueria, par la Rambla plus animée vers le soir avant de partir à la recherche d'un endroit pour manger.


Ce sera chose faite Carrer de Ferran, un bar à tapas (l'Orio) où nous nous sommes régalés.
Accoudés au bar, un verre de vin pour Papipic, une sangria pour moi et un choix de tapas sous notre nez...
elle est pas belle la vie ? 



Pour la troisième petite journée, nous laissons tomber l'idée première d'aller à Monjuic, nous n'aurons pas assez de temps pour flâner....
Nous partons vers le Parc de la Ciutadella près de "chez nous", nous remontons la passeig de Luis Compagnys vers l'Arc de Triomphe entre des lampadaires majestueux et nous nous perdons à nouveau dans les ruelles... Il nous faut rendre les clés à midi.
Nous nous promenons au milieu des catalans qui sortent leurs chiens, des groupes scolaires en sortie au zoo, des sportifs à l'entrainement, de la police montée et des perruches qui paillent dans les palmiers ! 






 Rendez-vous Blablacar pour le retour en milieu d'après-midi dans le quartier de l'Université sur la Diagonal.
Çà tombe bien, il y a deux trois petites choses à voir dans le coin. 
La Finca Morallès : un immense mur d'enceinte construit par Gaudi autour de la propriété de son ami Morallès, plus de propriété... le mur au bord du trottoir perdu au milieu des immeubles modernes... et la statue de Gaudi qui nous accueille dans la résidence... un peu décevant à part la statue.


Les Pavellons Güell : Gaudi à nouveau a imaginé la conciergerie, le portail d'entrée et les écuries d'une des propriétés de Guell. Le travail de ferronnerie sur le portail est impressionnant.




Nous avons parcouru tout ce quartier à pied, un vent frais s'est levé, pose sandwich dans le parc de Pedralbès à nouveau au milieu des perruches puis nous nous mettons à l'abri d'un café en attendant notre rendez-vous de retour.




Et voilà, une belle coupure en ce mois de février mais Barcelone nous reverra !

Nous y étions !

Merci à tous ceux qui ont suivi ce long récit !
Vous pouvez toujours cliquer sur les photos pour les voir en plus grand.