Les voyages de Mamina

Les voyages de Mamina

mercredi 17 septembre 2014

Moments d'amitié



Avec les amis, vous savez, les vrais « ceux qui vous connaissent bien et qui vous aiment quand même », on ne dit pas « passez un jour », on prend le calendrier et on dit « vous venez quand ? » et après, on compte les jours avec impatience jusqu’à leur arrivée… d’ailleurs, ceux-là peuvent même venir à l’improviste…

La maison est prête à les accueillir, la plus jolie couette est sur le lit, le dernier bouquin qui nous a plu sur la table de nuit (et ils pourront même l’emporter) les photos classées et prêtes à être commentées, le frigo est plein et les menus prévus pour ne pas perdre de temps, les bonnes bouteilles sont de sortie…
Et les voilà… 3 mois, 6 mois parfois ont passé depuis la dernière visite, bien sûr il y a eu les mails, les longues conversations au téléphone mais quel plaisir de se prendre dans les bras… on s’observe un peu, un peu plus de cheveux gris, un peu plus de rides, un peu de fatigue mais le même regard, le même sourire, la même tendresse…
Ils sont là pour quelques jours et ils savent qu’ils peuvent rester autant qu’ils veulent…

Le premier repas est un peu plus élaboré, une nouvelle recette, un bon dessert, ensuite, on ne s’embêtera plus à passer trop de temps à la cuisine. Le petit déjeuner nous rassemble, les cheveux en l’air, le visage fripé, les yeux gonflés… mais on s’en fiche, on n’a plus rien à prouver ni à cacher !
Avec eux on ne fait pas le traditionnel circuit ville-château-église- non, on les emmène sur les petits sentiers sur les crêtes avec la plus jolie vue, on les emmène vers la belle petite chapelle qui vient d’être rénovée, on les emmène chez le bon producteur du coin, on prépare ensemble les foies gras, pendant que les hommes font du vélo, on finit les soldes.. et bien sûr on passe chez les enfants qu’ils ont connu tout petit…

Et puis, on parle, on parle… on passe en revue les familles, les amis communs, les vieilles connaissances, on se confie les petits soucis des enfants, des parents, on retrouve notre jeunesse dans le partage des souvenirs et on n’oublie pas les projets d’avenir, souvent projets de voyages d’ailleurs… on commence doucement le compte à rebours, on sait que les années à venir seront précieuses…

Et puis surtout, on rit, on rit de tout, de rien, d’un bon mot, du plaisir d’être ensemble, on se connaît tellement bien, on s’aime tellement, on s’est choisi…
Et en partant, ce sont eux qui nous diront « vous venez quand ? »

J'avais écrit ce texte en 2008, nous venons à nouveau de vivre ce bon moment le week-end dernier...
On parle un peu plus santé, maladies, préoccupations pour l'avenir, tablettes et autres ont fait leur apparition... on s'est éloigné : le Nord, la Catalogne et le Béarn... mais on rit toujours... depuis 42 ans ensemble !


Montagnes Pyrénées é eu... !


Un fois les vacances scolaires passées c'est maintenant le moment de recevoir et de profiter des amis et de la famille...
Première visite en cette fin d'Aout, beau-frère et belle-soeur.
Après qques jours passés chez nous nous allons les rejoindre à leur location près de Luchon.
Comme à peu près partout en France en ce moment c'est une fin d'été magnifique et eles journées sont belles et chaudes.

Les montagnes sont superbes et les randonnées on ne peut plus agréables.
Un couple d'amis s'est posé avec sa caravane dans un camping tout proche et c'est à 6 que nous allons
d'abord vers le lac d'Öo... bien connu des cruciverbistes... il est annoncé comme une balade familiale, oui OK, n'empêche que ça grimpe sec sur les cailloux !
L'inscription sur la chapelle nous fait bien rire... beaucoup d'ânes ont du dégrader le lieu !
(en cliquant sur les photos vous pouvez les voir en plus grand)
Sur le bord du chemin deux superbes amanites, juste les prendre en photos !






Un joli pont de pierres et nous arrivons enfin en vue du lac avec sa cascade en fond de paysage.
Après le pique-nique un peu de détente au bord du ruisseau...



Ils sont pas beaux les montagnards ?


Retour par le village de St Aventin pour y admirer la jolie église romane


Le lendemain nous montons au Port de Balès pour rejoindre par un sentier balcon le lac de Bareilles.
De là la vue est splendide sur la chaine des Pyrénées.





En montant jusqu'au col de Pierrefitte nous avons assisté à un spectacle qui a touché nos coeurs de mères..

Au détour du sentier deux vautours sont posés en contrebas dans une prairie, un claquement de voix les fait s'envoler et avec eux une autre quinzaine qui était cachée. C'est un bel envol et nous restons un moment à les admirer planer, virer en piqué juste sous nos yeux puis repartir plus haut, jusqu'au moment où nous entendons un faible bêlement... voilà l'explication de leur présence : une brebis est immobile dans une combe.
Est-elle blessée ? c'est ce qui semble à première vue... Jean, en bon berger béarnais, va voir de plus près, en fait la brebis a mis bas, elle lèche désespérément l'agneau mort-né... il n'y a plus rien à faire, elle ne se laisse pas approcher mais ne veut pas non plus s'éloigner malgré nos sollicitations. Elle a beau bêler et lêcher son petit, rien n'y fait....
Au bout d'un moment nous partons... les vautours se sont un peu éloignés... au retour nous verrons que la brebis est partie, l'agneau est encore là.
C'est la dure loi de la nature....



Puis nous apercevons le lac de Bareilles dans son écrin de verdure.




Ce panorama date d'il y a 2 ans, je n'y suis pas descendu cette fois-ci, mon genou s'est trop rappelé à moi !
Retour tranquille avec arrêt dans les villages de Marquèzes  et de Benqué, surprise de découvrir d'anciennes fresques.







Nous repartirons le lendemain après de bonnes soirées animées, apéro au camping et bons moments de rigolade. Voilà une ordonnance à renouveler !





lundi 8 septembre 2014

Mon potager et mes expériences culinaires...


Voilà un bon moment que je ne vous ai pas parlé du potager dont je suis si fière !
Pas de quoi quand on sait qu'il fait 3 m2 à tout casser !
Il faut dire que le printemps puis l'été pluvieux nous ont donné du fil à retordre. Papipic a sauvé de justesse les plants de tomates à coup de bouillie bordelaise (chut ! normalement on doit faire dans le bio !)

Nous avons eu une belle récolte d'haricots verts et en ce moment c'est même la deuxième fournée, je les mange comme des bonbons...
Nous avons eu UNE courgette ronde, bien bichonnée, les autres fleurs n'ont rien donné, pas assez pollinisées parait-il ...





Puis sont arrivées quelques poivrons, deux aubergines blanches, quelques betteraves et en ce moment des tomates à profusion : Coeur de Boeuf, Cornue des Andes, tomates cerises jaunes et rouges, tomates Aurège toutes rondes et orangées...






Et surtout deux beaux potirons musqués de Provence qui vont faire le bonheur de nos soupes cet hiver


Alors, l'autre jour, devant mon saladier qui débordait, il m'est venu  à l'idée de faire quelques tomates cerises confites pour l'apéro ; ni une ni deux, les tomates sont coupées, sucrées, recouvertes d'herbes de provence, salées et finition avec un peu d'huile d'olive...
 30 ' mn à 160° puis 30' mn à 150 °
Je pars à l'ordi... et... longtemps après je sens une bonne odeur venant de la cuisine...
La suite en images.. 30' ont suffit !!!







Avec ce qui restait nous nous sommes quand même régalés
A refaire en vérifiant la cuisson !