Les voyages de Mamina

Les voyages de Mamina

samedi 19 mars 2011

A nouveau au Cambodge - mars 2011

Hé oui ! à nouveau au Cambodge et j'en suis ravie !

D'abord, et ça c'est un événement, je pars sans Papipic... mais avec Valérie. Le malheur pour elle d'avoir passé une dizaine a été compensé par le plaisir de se voir offrir un voyage... mais où ?
-"et pourquoi tu ne m'accompagnerais pas au Cambodge la prochaine fois que j'irais en mission à la maternelle ?" et c'est avec un oui enthousiaste que nous scellons notre projet.

Projet qui s'est finalisé plus rapidement que prévu, lié à des contingences de vacances scolaires, à la nécessité de faire avancer les actions de l'Association et surtout à l'envie de retrouver ce Cambodge qui m'avait tant plu.

Nous partons donc samedi matin le 26, l'une de Pau, l'autre de Toulouse, retrouvailles à Roissy et envol sur Air Malaysia à 12 h pour arriver à Phnom Penh le lendemain à 10 h 15 via Kuala Lumpur.

Les deux premières nuits sont réservées dans une guesthouse à Phnom Penh, histoire de récupérer du voyage, de s'habituer au décalage horaire, à la chaleur humide (33° en ce moment) et surtout de retrouver mes repères dans cette immense ville. Quelques visites aussi à ne pas louper !

Ensuite nous partons nous installer jusqu'à la fin de la semaine dans le petit village de Trapainh Anchanh où Mr Chin, le chef du village, met à notre disposition sa maison, une cabane nouvellement reconstruite juste derrière l'école.
Parce-que là-bas du travail nous attend !! Valérie apporte beaucoup de matériel que l'Association met à la disposition des enseignantes et des enfants ; elle va essayer de montrer aux institutrices comment utiliser ce matériel à des fins pédagogiques. Quant à moi, j'ai une grande liste avec plein de propositions vues à notre dernière AG... donc avant tout,  reprendre contact avec Théa le directeur, voir leurs besoins, leurs souhaits et comment nous pouvons y répondre. Il attend déjà avec impatience les premiers fonds pour démarrer le coin cantine dont nous parlons depuis un bon moment et qui leur fait défaut.

Voilà déjà nos premières journées remplies : aller à la rencontre des gens dans le village, des familles des enfants, retrouver les sourires, l'accueil chaleureux... tiens ! j'ai hâte d'y être !

Et ensuite nous irons où bon nous semble...


Je reprends le récit du début -

Donc, première étape à Phnom Penh à l'Europe Guesthouse dans la 136 ièm rue, très bien située, Seng le patron a vécu en France et c'est bien confortable d'avoir quelques renseignements en français !
Je reprends mes repères, le quai Sisovath est tout près, tout nickel, les travaux d'aménagement sont terminés et ça fait une belle promenade au bord du fleuve sous les arbres en fleur... du côté du marche central aussi les travaux sont achevés, le dôme art nouveau éclate d'un jaune tout neuf ! sinon l'animation des rues est toujours bien présente, circulation, klaxons, petits marchands, commerces aux étals divers, chaleur, humidité, recherche de l'ombre, terrasses de café, mendiants, travaux... très vite nous sommes dans le bain !





Lundi, après une bonne nuit sous le ventilateur, nous allons visiter le Palais Royal et ses jardins, la Pagode d'Argent et ses stupas. Toujours aussi... royal ! c'est un endroit magnifique, calme (pas trop de touristes), reposant à l'oeil, les couleurs, les alignements, la verdure, les fleurs, les dorures...les bonzes sont de sortie et leurs tuniques oranges attirent le regard... nous y passons un bon moment et nous rentrons par le Musée National mais juste pour admirer le beau batiment rouge.
Passage par le Vat Ounalom (pagode), lieu calme aussi au milieu de l'agitation de la ville, nous passons devant le restaurant et la boutique de l'Association Friends, sur nous y reviendrons !



Du mardi 1 ier au samedi 5 mars

Le grand objectif du voyage était de passer quelques jours au village de Trapainh Anchang et de travailler avec les institutrices de la maternelle que nous soutenons avec T'aider pour l'ASE. (http://www.taiderpourlase.com/)
Donc, dès ce mardi matin nous voila parties en tuktuk vers le village. J'y étais déjà passé en 2009 et bien que les constructions aillent bon train et que plein de repères aient changé sur la route je passe avec émotion sous l'arche doré qui nous conduit par une piste au village. Nous sommes en saison sèche et les couleurs ne sont plus du tout les mêmes : du vert pétant des rizières nous sommes passés à l'ocre et au gris de la terre, de la poussière et au jaune de la paille séchée... c'est moins joli !
Nous voici devant l'école, toujours plein d'enfants qui nous accueillent ainsi que Théa le directeur. Cette fois-ci nous nous installons pour plusieurs jours !
L'ancienne cabane a été démolie et Mr Chin a reconstruit derrière l'école une nouvelle maison en bois. La surprise est totale devant le confort de cette maison : eau, électricité, deux grands lits, des ventilos, un coin toilette... c'est super !!! qu'est-ce-qu'on va être bien ici ! On se met d'accord avec Mme Chin qui nous apportera le repas midi et soir, pour le matin un réchaud nous permet de chauffer de l'eau et nous allons dans l'après-midi au marché du village nous approvisionner en thé, Nescafé, fruits et biscuits... C'est pas beau la
vie !...
Dès la première soirée les enfants du quartier (copains et copines de Pascale, JC et Claudine) approchent, d'abord un peu timidement, et prennent prétexte de leurs livres d'anglais pour essayer de communiquer... du coup j'assisterais à leur cours d'anglais un peu plus tard ! Ils sont adorables, plein de vie, très respectueux et ne seront jamais envahissants... comme on s'est amusé avec eux ! J'ai un plaisir fou à les reconnaitre d'après les photos du dernier passage : les trois enfants de Mr et Mme Chin, puis Sreymun, intelligente, vive et boudeuse, et son grand frère qui aide la famille pour les colliers en papier, la petite Mey Ria (?) et son petit frère d'une famille plus modeste, et nos voisins directs Smy et Bav, tous les deux moins avancés que les autres mais tout aussi souriants...
Ils ont leurs yeux qui pétillent quand on se met à chanter, à jouer avec eux ! nous avons passé des soirées bien animées grâce à eux et cela a permis aussi le contact avec d'autres voisins, attirés par les éclats de rire..




Le mardi après-midi nous prenons nos repères, nous faisons un tour à l'école mais nous ne nous attardons pas.
Par contre, dès mercredi, réunion avec Mr Chin, Mr Om et Théa auxquels je vais remettre l'argent que j'apporte pour les travaux de la cantine. Ils sont ravis, remercient beaucoup et quand je souhaite que les travaux soient réalisés pour le prochain passage de Pascale, ils répondent que les travaux vont commencer dès demain.... il y a de grandes chances pour je vois le coin repas presque fini avant mon départ !!!! c'est dire si notre aide est attendue !
Nous apportons aussi de la part de l'Asso. pas mal de matériel pédagogique que Valérie a préparé ; ce matériel ne sera dans les classes que lorsqu'il y aura des armoires pour le ranger mais surtout quand les institutrices maitriseront leur utilisation.... ça c'est du ressort de Valérie qui s'occupe de la partie formation.
Théa est emballé par ce projet, lui-même espère devenir un jour formateur, il est ravi d'échanger avec une collègue qui de surplus lui apporte du matériel dont il n'osait pas rêver !!! rendez-vous est pris avec les enseignantes pour toute la journée du jeudi, les enfants ne seront pas présents.
Nous voyons avec Théa comment motiver les institutrices, comment essayer d'obtenir d'elles des gestes d'hygiène, de propreté, de respect du matériel... nous proposons une charte ; ça tombe bien, Théa vient de faire une formation et revient de ces réunions avec un "contrat" qui reprend tous ces points... d'une proposition nous rebondissons sur des outils qui leur appartiennent, tant mieux !
Puis nous faisons le bilan du matériel dont ils ont besoin pour les classes : à nouveau des coussins et des nattes qui s'usent et se dégradent rapidement, un peu de pharmacie pour compléter la trousse, des crochets pour les classes et surtout des armoires et des bacs de rangements...
Pendant ce temps les petits passent à la douche (qques bols d'eau) et mangent avec appétit leur bol de riz, ils vont même volontiers au rab' ! le repas est quand même frugal et, pour suivre les décisions prises en assemblée générale de l'Association., nous allons voir comment faire pour améliorer ce repas.
Après-midi courses au marché avec le tuktuk du village qui est vite rempli !







Toute la partie formation des enseignantes a été assurée par Valérie qui fait son compte-rendu :

Par quoi commencer ?!
Peut-être par vous dire que ce voyage avec Mamina a été un vrai régal !! Mais Mamina vous le racontera mieux que moi. Je vais donc me contenter de vous raconter la partie « école »  avec ses photos.

Nous sommes arrivées à Trapainh Anchang le mardi en fin de matinée. Après s’être installées dans la « maison du bonheur », nous sommes passées à l’école. Deux longs bâtiments où se trouvent les classes encadrent une cour de récréation où l’on voit des enfants jouer au volley, se balancer sur des « tape culs » ou à la balançoire… et une grande bibliothèque pas encore fonctionnelle.




Nous allons voir Théa dans son bureau. Sur son tableau de la semaine, un « Nadine » est écrit en grand pour la journée du 1er mars. Il nous accompagne dans les classes où nous rencontrons les enseignantes et quelques enfants (comme chez nous, c’est l’après-midi, certains enfants restent chez eux). Les classes sont rangées, décorées par des dessins, des affiches, des productions plastiques… et parsemées de nattes multicolores. On y trouve aussi du matériel pédagogique créé par les enseignantes.




La poussière est présente et je demande donc à Mamina s’il est possible d’investir dans des placards afin de mieux ranger et protéger le matériel. Nous discutons un peu avec Théa et organisons plus ou moins les trois jours qui suivent.
Mercredi matin, nous avons rendez-vous avec Théa à 8h. Nous apportons tout le matériel et le posons sur les tables du bureau de Théa. Mamina et Théa discutent des achats à faire pour ranger le matériel (porte manteaux pour les petits sacs des enfants, armoires pour le matériel pédagogique, nattes et oreillers car certains sont usés …). Puis Mr Chin et Mr Om nous rejoignent pour faire l’inventaire du matériel pédagogique qui leur servira à faire régulièrement des vérifications de matériel (usure, perte, tri…). Mercredi après-midi, nous allons faire les premiers achats que nous déposons au retour dans le bureau de Théa.



Jeudi matin, 8h00, rendez-vous avec les enseignantes pour leur expliquer le matériel pédagogique. Théa est avec nous pour traduire, mais aussi pour apprendre, il aimerait devenir lui aussi « formateur ». Il est d’ailleurs très content de voir que le matériel apporté lui a été présenté lors de formations avec « Friends », matériel qu’il pensait ne jamais pouvoir avoir un jour.

Je ne voulais pas expliquer le matériel de manière trop théorique et ai préféré l’expliquer par la manipulation. Nous avons donc testé tout le matériel et tous les jeux pendant trois bonnes heures. J’ai vraiment eu l’impression d’être un mercredi matin à Perpignan en animation pédagogique. Les enseignantes semblaient ravies et ont compris (même des jeux qui étaient déjà dans les classes mais qu’elles ne savaient pas utiliser : Memory). Théa m’a bien aidé pour leur faire comprendre les règles mais aussi les objectifs implicites de chaque situation (apprentissage des couleurs et des formes, mémorisation, algorithmes vers la numération…).






Jeudi après-midi, je suis partie avec Théa pour l’achat d’armoires. Une après-midi riche en échanges tant professionnels que personnels. Théa est vraiment quelqu’un de bien !! Il est plein d’ambition, pour l’école maternelle et pour lui, dans le respect de tout et de tous.

Nous avons trouvé trois armoires (une pour les petits, deux pour les grands) qui nous ont semblées très bien pour le rangement des classes. Elles seront livrées demain en fin de matinée.

Vendredi matin, je suis allée travailler dans les classes avec les enseignantes pour leur montrer comment animer des ateliers. Les élèves de maternelle restent concentrés entre 15 et 20 minutes sur une même activité. Aussi, le système d’ateliers tournants permet de faire vivre 3 à 4 ateliers différents en une heure. Nous installons donc, pendant la récréation, quatre ateliers dans chaque classe. Quand les enfants sont revenus, nous les avons partagé en quatre groupes (dans chaque classe) et avons placé chaque groupe sur une activité. Toutes les 15 minutes, nous avons interverti les activités. Les enfants ont semblé apprécier toutes les activités.











Les armoires sont arrivées en fin de matinée et Mr Chin et Théa se sont chargés de les fixer au mur dans l’après-midi.

Samedi matin, nous sommes allées à l’école pour aider les enseignantes à ranger le matériel de classe.








J’ai bien expliqué à Théa et aux enseignantes qu’une à deux heures d’ateliers par jour seraient très bien pour les enfants, en plus des moments d’alphabétisation, de chants, de lavage, de repas, de sieste… qu’elles font tous les jours !!!

Je suis très contente de ces quelques jours à l’école maternelle de Trapainh Anchang. Je pense que les enseignantes et Théa le sont aussi et j’espère pouvoir y retourner un de ces quatre. En attendant, quelques petites idées me sont venues lors de notre semaine à l’école et j’espère les partager avec vous bientôt !!

Je continue notre récit à 4 mains...

Jeudi -

Journée encore bien remplie ; Valérie part de bon matin à l'école, je reste faire un peu de rangement, de lessive et je la rejoins sans réussir à bien fermer le cadenas qui bloque la porte de la maison.... l'ordi est en train de charger sur la table basse, recouvert d'un torchon contre la poussière.
J'en profite pour trainer dans les classes, un peu de tri, un peu de rangement ; les travaux du coin repas ont déjà commencé, les matériaux entreposés dans une des salles.
Puis, quand la formation se termine nous discutons avec les enseignantes de l'intérêt du matériel pédagogique, de ce que nous aimerions en retour, de ce que nous avions discuté avec Théa qui leur montre le contrat à signer. Tous les points sont abordés : respect de l'enfant, respect du matériel, respect de l'hygiène des enfants et des classes... Nous espérons une bonne coopération et un suivi.
Lorsque nous quittons l'école un responsable de chez Friends (une autre asso.) est présent pour discuter avec Théa de la prise en charge d'un jeune du village pour le diriger vers une formation professionnelle... c'est encourageant de voir la complémentarité du travail des associations sur le terrain.... les choses bougent !

Susithan nous attend à la maison devant la porte grande ouverte, le plateau-repas est sur la table ; de suite je vois que mon ordi a disparu, la prise pendouille au mur...
Moment de panique, de chagrin, de déception, j'y crois pas ! pas ici !
Susithan, les enfants, sont désolés ; Mr Chin et Théa arrivent de suite ; quelques soupçons qui font courser le voisin qui vient de partir en mobylette... ça ne sert à rien ! Mr Chin et sa femme sont en pleurs, pour eux, dans leur maison et envers nous c'est dramatique.
Une fois les choses remises à leur place -personne n'est malade- nous nous calmons et cela ne nous empêche pas de nous régaler d'un excellent plat de crevettes !
Nous avons assez vite la visite d'un policier qui entreprend une enquête avec interrogatoire, déposition, témoins, le tout transcrit dans un cahier d'écolier au crayon papier... il est encore plus lent que Colombo et nous évitons de nous regarder avec Valérie... le fou-rire risque de nous gagner et le moment est crucial !
En tous les cas les choses ont été prises au sérieux, ma déclaration de vol m'est parvenue avant de repartir et les choses sont entre les mains de mon assurance.... sait-on jamais ?

Valérie part ensuite en mobylette avec Théa ; je reste à la maison pour écrire, pour me détendre ; j'ai plusieurs visites des gens autour qui me font comprendre qu'ils sont désolés, quelques enfants aussi qui réclament d'être photographiés, passage des vaches, du marchand de glace et sa trompette....
Puis je pars au marché car ce soir nous avons des invités autour d'une bouteille de Bordeaux et de pâté basque. Moment bien sympathique et chaleureux, je rassure Mr et Mme Chin sur l'aventure du matin, nous partageons sur nos familles (la photo des miens toujours dans le sac a souvent permis des échanges...) nous parlons de l'école, du village et nous trinquons !
Soirée avec les enfants : dominos, colin-maillard et saut à l'élastique.
Tous les soirs ils arrivent après leur douche, cheveux mouillés, vêtements tout propres, ils reluisent.... et après quelques jeux, ils repartent plein de poussière...
Je pense au mérite des mamans du village qui font toute leur cuisine au charbon de bois, qui n'ont pas toujours l'eau à la maison, qui lavent dans des bassines, qui sèchent le linge au vent et à la poussière et pourtant les maisons sont nickels, les gens très propres dans l'ensemble...
Comment dans ces conditions penser à ramasser les ordures, surtout les sacs plastique qui polluent tout ; quant aux déchets, notre thé infusé et nos épluchures de fruits ont nourri poules, poussins et vaches mais ça fait drôle de jeter ça près de la maison !











Vendredi - 4 ième jour au village


Valérie passe donc la matinée dans les classes quant à moi j'ai droit à un cours magistral par Théa et Mr Chin sur le budget des classes. Je n'ai pas tous les éléments en main et ce n'est qu'au retour, en discutant avec Pascale que nous nous apercevrons du gros différentiel entre ce que nous envoyons et ce qu'ils reçoivent (frais bancaires !)
Ma préoccupation est d'arriver à évaluer le coût du repas journalier et de voir comment l'améliorer car si le riz est bien présent en quantité, les légumes sont rares et la viande quasi inexistante. Le repas de midi pour les 50 enfants revient à 3 $ 50 en comptant le riz, légumes, viande, charbon de bois ; je propose de voir avec l'Asso. si on peut augmenter d'1 $ par jour (nous en avions discuté en AG) et donc de le rendre plus consistant. Ceci est mis en lien avec la visite médicale du mois de novembre lors du passage de Pascale, JC et Claudine et où avaient été mises en évidence des carences alimentaires.
Bien sûr ils sont tous deux ravis et dès le lendemain je verrais un gros potiron agrémenter le repas.
Il s'agit maintenant de faire participer la cuisinière à toute cette évolution. Avec les travaux de la cantine elle va pouvoir ranger son matériel à l'abri et aura un coin cuisine autre que dans les classes ; elle doit aussi cuisiner un peu plus. C'est au Comité du village que revient le rôle de vérifier ces exigences.
Après ce travail très fructueux je vais vers les classes où les enfants terminent leurs activités. Les armoires viennent d'être livrées et doivent être fixées pour plus de sécurité.
Les travaux du coin cantine vont bon train...
Après le repas les enfants lavent et rangent leur bol ; les maitresses aident les plus petits à finir leur repas puis tout ce petit monde se prépare à faire la sieste...







L'après-midi est consacrée à la visite de Kol chez Saran et Sameth. Depuis le temps que j'entendais parler de ces deux messieurs et que je lisais le récit de leurs vies, leur investissement pour leur pays et leur belle réalisation, je ne voulais pas quitter le Cambodge sans les voir. D'autre part j'avais un tout petit peu de matériel et de produits médicaux très spécifiques que je ne pouvait laisser à n'importe qui.... l'occasion était donc toute trouvée d'aller à leur rencontre.
Au téléphone Saran se propose de venir nous chercher en voiture sur la nationale aux stations essence. C'est super car nous ne savons pas trop où nous allons et en tuk-tuk nous aurions mis un temps fou !
Le contact passe de suite ; Saran est un monsieur charmant et le trajet passe rapidement à nous raconter son histoire (Pascale a tout dit déjà sur le site dans les coups de coeur) Nous traversons d'abord des villes bruyantes, poussiéreuses, encombrées sur la nationale 4 vers Kampong Speu pour ensuite nous plonger dans la jolie campagne cambodgienne. Kol est un gros village étalé le long d'une piste cachée sous les arbres à palme. Ici Saran a pu construire, grâce à d'importants appuis de France, une magnifique bibliothèque doublée de plusieurs salles de classe qui servent à des cours de langues et à du soutien scolaire ; une infirmerie nickel chrome reçoit de nombreux patients (Saran et Sameth sont tous deux infirmiers), une garderie permet aux mamans de déposer leurs enfants pendant la journée, quelques chambres pour des enfants recueillis après des sévices, une salle à manger en plein air.... le tout impeccable, bien pensé, aéré, coquet... on sent bien sur que tous les deux ont l'expérience de la vie en France avec le respect et la propreté pour les lieux...
Ils ont toujours besoin de bénévoles et un dortoir ainsi que des sanitaires ont été aménagés pour les recevoir ; je connais quelqu'un qui ne va pas tarder à s'y installer quelques jours !
De l'autre côté de la piste une dizaine de femmes tissent des pièces de soie destinées aux partenaires de l'Association de Tina Kieffer. En plus il y a une fabrication de sucre de canne...
Cette visite a été comme une bouffée de France, pleine d'émotion, de découverte et d'admiration...
Nous avons aussi parlé de Trapainh Anchang que Saran connait ; il est prêt à aider Théa et peut lui être de bon conseil. Ce serait bien que Théa voit ce centre et son fonctionnement ; il peut y trouver des idées...
J'ai passé un excellent moment et je ne suis pas prête de vous oublier tous les deux ! 



En rentrant de Kol, à la tombée de la nuit, nous allons jusqu'au village derrière le golf royal, le toit d'une pagode m'attire depuis quelques jours. Le village en lui-même est plus typique que Trapainh Anchanh qui vient d'être construit. C'est ombragé, les maisons sont sur hauts piliers et la vie se déroule à l'ombre et à l'air sous la maison...
Près du site de la pagode deux batiments pour une école, un bel arbre immense devant les salles de prière, un bonze qui crie des incantations en arrosant copieusement d'eau un couple en prière, une pagode en réfection, un étang un peu à sec couvert de lotus qu'entourent des stupas, c'est calme, serein... nous y passerions un peu plus de temps mais la nuit tombe.

La soirée à la cabane est très joyeuse ! nos rires et nos chansons attirent quelques familles voisines dont celle de Seng Haï, la jeune institutrice, qui arrive avec soeur, beau-frère, nièce etc.... c'est une joie de la voir dans un autre contexte que l'école ! nous passons un dernier bon moment au village...


samedi -dernier jour au village[u]

Tout en préparant nos bagages et en rangeant la maison nous savons déjà que nous reviendrons le jeudi suivant dire un dernier au-revoir... c'est donc moins difficile !

Nous sommes assez tôt à l'école : rangements dans les armoires, dernières explications aux maitresses, installation des sacs en tissu sur les crochets avec notre souhait d'avoir un kit hygiène par enfant, discussion sur le repérage des sacs etc....
Puis je vais dans le bureau de Théa où Mr Chin m'attend pour me faire signer ma déclaration de vol rédigée en khmer ; c'est l'empreinte de mon pouce qui sert de signature ! me voici fichée au Cambodge !!!
Nous ne nous attardons pas trop ; Théa a été très disponible depuis le début de la semaine et nous sentons qu'il a des réunions, des rencontres...le maire du canton est là avec des responsables de chez Friends. Ils viennent prendre contact avec les familles dont ils vont prendre les enfants en charge (Sav pour Friends et sa soeur Smy pour PSE)
Il y a vraiment dans ce village une volonté de voir les enfants s'en sortir et je pense que les contacts de Théa avec de nombreuses associations y contribuent.

Les enfants ont classe toute la semaine avec un jour de coupure, soit jeudi, soit samedi mais même les jours de congé des enfants viennent trainer dans les classes et il y a toujours quelqu'un pour les accueillir.
Aujourd'hui la cuisinière ajoute un gros potiron au repas






Nous passons dans la famille de Sry Mon passer commande de quelques colliers pour la semaine suivante ; c'est l'occasion de faire quelques photos des enfants qui posent avec plaisir, de faire un dernier tour dans les ruelles du village mais la chaleur est telle que nous rentrons vite à l'abri de la cabane.
Ce village construit à la hâte pour abriter les expulsés de Phnom Penh n'a vraiment rien d'attirant, les rues sont rectilignes, pas d'arbres encore, pas d'ombre, pas d'eau, des cabanes de bric et de broc (quelques maisons en dur commencent à se construire) c'est vraiment très pauvre !
Autour, à 2 ou 3 kms il y a des coins plus jolis, des villages plus anciens et de belles pagodes.

Pour nous européens, pour moi en tous les cas, cette chaleur a été souvent difficile à supporter (41 ° à 11 h le matin !) Impossible de marcher longtemps sous le soleil donc pas trop de balades hors du village sinon en tuktuk et même dans les marchés couverts une sensation d'étouffement... En plus, en saison sèche la nature est bien moins belle, février n'est donc pas, à mon avis, le meilleur moment pour visiter le Cambodge.

Les belles rencontres que nous avons faites et les divers contacts ont largement couvert cette petite déception.






En fin d'après-midi c'est la fête chez Théa, dans son quartier et nous y sommes conviées. Quel plaisir de rencontrer toute sa famille, femme, enfants, parents, frères et soeurs... et nous y retrouvons de nombreux collègues de l'école.
Pendant que tout à coté des bonzes et des nonnes se livrent aux prières d'usage au milieu des jeunes qui installent une monumentale sono pour finir la soirée en dansant, chez Théa on nous sert le plat traditionnel pour les fêtes de village - une soupe de légumes avec du boeuf, du mouton grillé et des nouilles à la farine de riz- le tout bien arrosé en bière... Théa se lance dans un karaoké moitié en français, moitié en khmer "j'attendrais toujours ton retour" (prémonitoire ?) et c'est encore une nouvelle facette de lui que nous découvrons, très décontracté, très chaleureux, très gai... quelle soirée !
A la nuit le tuktuk nous ramène à l'Europe Guesthouse, demain matin nous prenons le bus pour Siem Reap et Angkor pour quelques jours de tourisme !







   Semaine 2 qui sera courte car avion vendredi matin et dernière visite à l'école jeudi alors, profitons bien de ces quatre jours !

6 h de bus pour entamer ce dimanche, pas de surcharge, chauffeur cool, tout se passe bien...
Arrêt à Skuon, la capitale internationale de l'araignée grillée ; honnêtement cette fois-ci je ne goutte même pas une patte, je me contente d'admirer les étalages de bêbêtes, de fruits et de légumes. Devant nous des vendeurs épluchent des ananas et des papayes, ce sera notre repas de midi...

Il est bien 15 h quand nous arrivons à Siem Reap, nous n'avons rien réservé mais nous avons un contact de chez Friends par Théa ; malheureusement, ce gentil monsieur (j'ai su plus tard grand ponte d'une clinique de la ville) nous dirige vers un hôtel loin du centre ville ; nous déclinons sa proposition et le tuktuk nous amène à 100m du marché central, une chambre avec ventilo à 10 $ pour nous deux, c'est super !

A partir de 16 h il est possible d'aller faire son pass pour les temples et de profiter déjà de la soirée, c'est ce que nous faisons avec un premier regard sur Angkor Vat, tranquillement assises au bord des douves du temple.
Comme c'est chouette de revoir ce site ! je n'y pensais pas en 2009 et là j'ai bien l'intention de bien m'imprégner d'images, de couleurs, de senteurs...
Valérie n'est pas trop fan de vieilles pierres, nous n'avons pris qu'une journée de visites, la saison est trop sèche pour aller vers les villages flottants, nous ferons donc un séjour "glandouille" à Siem Reap...

Ce soir premiers repérages dans les échoppes du vieux marché, terrasse et bon repas dans un restau. tenu par un français -nous papoterons un bon moment- Il nous explique la rénovation du centre de la ville, certains anciens quartiers coloniaux sont préservés et retapés dans le style. Par contre Siem Reap s'agrandit sans cesse, beaucoup de structures pour accueillir toujours de + en + de touristes et une grosse communauté d'européens qui détiennent certains commerces, sinon les gros supermarchés sont chinois, coréens ou libanais !

Alors que nous sirotons une boisson en bord de trottoir, un groupe d'enfants accompagné d'un jeune français nous distribue un prospectus pour assister à des danses apsaras... nous discutons avec eux, ce jeune faisait un tour Cambodge/Thaïlande, il a rencontré par hasard ces orphelins et du coup passe tout son séjour à leur donner des cours de soutien scolaire... "quitte à aller fumer des pétards à Phuket je reste avec eux" c'est pas génial ça ! nous promettons d'aller les voir et quelle rigolade quand les gamins nous disent "à demaingggg !" hé oui, leur professeur de français est de Carcassonne !!!!
Passage par le marché de nuit avant de rentrer à l'hôtel... nous n'avions pas vu ça en 2009, quelle foire ! je n'ai pas aimé du tout, très kitsh, très raccoleur, très bruyant... ce n'est pas ma tasse de thé mais faut le voir !

La chambre est une étuve malgré le ventilo et au milieu de la nuit je vais à l'accueil demander la télécommande de la clim'...





      Lever très tôt ce lundi matin pour être dès 7 h sur le site...
Nous avons pris notre petit déjeuner dans un restau près de l'hôtel, c'est sympa, il y a une terrasse ombragée, la serveuse est souriante, on nous y verra assez souvent... voilà comme on prend vite des habitudes !

Nous avons pris un tuktuk pour la journée et c'est vraiment un moyen super pour visiter les temples ; d'abord les chauffeurs connaissent parfaitement les temples, ils s'adaptent très bien à nos demandes (pour peu qu'ils parlent un minimum d'anglais - indispensable- d'ailleurs nous avons changé celui de la veille car il était impossible de se comprendre) savent où nous arrêter, à quel endroit nous reprendre, estiment le temps, nous font remarquer les jolis points de vue et surtout que c'est agréable cette balade en forêt !
Valérie apprécie cette promenade en plein air, à l'ombre, entre les temples... j'en suis très contente !

Nous passons devant Angkor Vat que nous visiterons plus tard pour nous diriger vers la Cité fortifiée d'Angkor Thom et le Bayon, le temple aux 216 visages : entrée par la porte Sud, celle en meilleur état, avec de chaque coté du pont les dieux et les démons du barattage de la mer de lait (légende hindouiste) puis 1 km plus loin découverte du temple, au premier abord d'immenses tas de pierres puis quand on s'approche les visages se découvrent, un ici, trois là, encore un, un profil, un sourire... c'est magique ! puis nous admirons les bas-reliefs si imagés... une fois rassasiées de chaque recoin du temple nous retrouvons notre tuktuk...







Les bonzes sont de sortie, parfois on croirait une colonie de vacances, et ils prennent un malin plaisir à se faire photographier ; il faut reconnaitre que l'ocre de leurs tissus ressortent parfaitement bien sur le grès foncé des pierres.

Je suis ravie de la suite de la balade car dans mon esprit tout s'embrouillait un peu depuis deux ans, ainsi j'ai pu remettre chaque temple à sa bonne place !
Nous continuons par le Baphuon toujours en travaux et pour rejoindre la terrasse des éléphants nous traversons l'enceinte royale de Phimeanakas. Nous faisons à pied cette jolie promenade en forêt, à l'ombre des fromagers c'est tout à fait supportable car il commence déjà à faire très chaud ! J'y découvre de magnifiques bassins
La Terrasse des Eléphants et celle des Lépreux sont toujours aussi majestueuses...

Pas trop de touristes et surtout une surprise, plus de vendeurs à la sauvette entre les sites... tout est organisé, des boutiques toutes semblables, bien installées... moins de vie finalement !





Petite pause tranquille car il fait soif et nouvelle virée en tuktuk vers le Ta Prohm dont je parle avec enthousiasme à Valérie. Nous prenons le temps d'en faire le tour, de voir les murs d'enceinte enserrés dans les racines, d'imaginer la jungle recouvrant le tout avant d'y pénétrer. A nouveau des travaux de réfection, une grande partie est inaccessible, mais nous pouvons nous y promener tranquillement, peu de monde, je suis étonnée !
Repas au Family Khmer face au réservoir d'eau du Baray, nous y passons un bon moment avant de passer l'après-midi à Angkor Vat.
C'est toujours aussi majestueux, aussi passionnant à découvrir, on tourne, on vire, on monte, on descend, on sort, on grimpe, on observe, on apprécie... magnifique !





Nous rentrons passablement crevées à l'hôtel et la soirée est plutôt cool....

 Chez certains le mardi c'est raviolis.... pour nous à Angkor c'est glandouille !!!

Enfin pas assez pour Valérie parce-que j'arrive à l'entrainer dans une balade le long de la rivière... travaux terminés, chemin bien agréable et ombragé.... c'est très clean, des bancs, des poubelles, des super supermarchés, de belles villas, des magasins de luxe et du coup, quand nous arrivons vers les anciennes maisons sur pilotis que je voulais lui montrer c'est la surprise !
Carrément un filet pour empêcher les ordures de se disperser avec le courant et de polluer le bô centre ville ! mais pour autant elles ne sont pas ramassées.... hé oui ! c'est ça aussi Siem Reap !





Dommage car le quartier est très vivant, combien de temps encore pour la survie de ces cabanes ? Nous faisons un tour dans le coin où nous logions il y a deux ans, je retrouve nos petites coiffeuses-lingères...
Retour vers le Centre, la Poste (oui Crevette ! 1 $ le timbre !) passage par un pagode récente et nous flânons dans de nombreux magasins ; nous trainaillons au marché, nous nous perdons dans les ruelles autour de l'hôtel et nous tombons par hasard sur "Les artisans d'Angkor" jolie vitrine de l'artisanat cambodgien... nous entrons aussi dans une librairie qui propose des livres dans toutes les langues, discussion avec un cambodgien autour des romans de Yasmina Khadra ; nous trouvons "le Petit Prince" en khmer que nous laisserons à Théa.

Nous terminons la journée avec un beau coup de coeur devant les danses apsaras... le tuktuk nous amène assez loin sur la route de Roluos dans la maison où vivent les orphelins ; une tente est dressée, des tables mises, on nous sert d'abord un plat de riz, de légumes et de viande, une boisson et les enfants nous font le spectacle pendant que nous mangeons. Très joli spectacle, enfants adorables, souriants, bonne qualité des prestations... tout super ! un vrai régal... la participation est libre, nous sommes une dizaine d'européens... quel bon moment ! nous avons du mal à quitter ces bouts de choux bien attachants !





Le mercredi matin, petit déjeuner toujours au Lisa Café... navette vers l'arrêt de bus mais ramassage qui s'éternise ; on part bien en retard ! Il est presque 16 h quand nous arrivons à Phnom Penh ! Au passage nous avons aperçu au loin le site de Oudong sur une colline.



Nous avons quelques dernières courses de pharmacie à faire pour l'école, nous ne retrouvons pas la pharmacie du premier jour où un pharmacien parle parfaitement le français (pour les prochains : elle est à l'angle de la 178 et du bd Sothearos) c'est galère pour s'expliquer !
Quelques courses aussi à la boutique de chez Friends qui fait des choses très originales, recherche de quelques cadeaux, un bon restau. mais on s'emmêle dans les plats... bon fou-rire !
Demain sera notre dernier jour !


jeudi 10 mars[u]

Il y a quand même un bon 3/4 d'heure en tuktuk de Phnom Penh à l'école et nous commençons à connaitre le chemin ! arrêt au marché de Choum Pou Vorn pour prendre du dentifrice et des savons, des fruits et des biscuits..
Il n'y a pas classe aujourd'hui, c'est jeudi mais quelques enfants dans la cour quand même et Théa au travail.
Les travaux de la cantine ont bien avancé ; cela donne une bonne idée de l'ensemble terminé, le fameux placard est pratiquement une petite pièce, j'en profite pour voir l'état des toilettes, rien à dire, c'est propre...
Nous faisons un dernier bilan avec Théa, je reprends avec lui chaque point de nos avancées et la suite à donner, je lui redis ce que nous attendons de lui et bien sûr, comme à chacune de nos réunions je demande aussi ce qu'il a à dire...
Théa n'est pas vraiment demandeur, il trouve que nous faisons déjà beaucoup pour l'école et les enfants, il s'engage à superviser tout ce travail et à nous en rendre compte ; je lui dis combien nous aimons avoir des nouvelles et combien c'est nécessaire..
Nous reparlons des éventuels travaux demandés par le Comité, nous en parlerons d'abord avec l'Association, ce sera à voir lors des prochaines visites.

Le moment des adieux est difficile pour moi, je ne suis pas du tout sûre de revenir....
Nous passons chez nos petits amis du village, des bisous, des cadeaux...

Le tuktuk nous dépose dans le quartier du marché russe, c'est le grand bazar ! on y trouve de tout, de plus ou moins bonne qualité, certainement souvent en direct de Chine mais...
tee-shirt pour les pitchouns, kramas, pièce de soie, poivre de Kampot, bananes séchées, noix de cajou, voilà de quoi remplir nos sacs au retour !
Nous flânons dans les marchés de plein air, sur le quai... les derniers moments sont toujours empreints de nostalgie...









Voyage retour

Long, très long voyage puisque nous avons une escale de 10 h en Malaisie à Kuala Lumpur... après le regret de ne pas avoir profité de l'escale à Séoul en Corée il y a deux ans pour visiter la ville, cette fois-ci je me suis renseignée sur les possibilités de sortir de l'aéroport et d'avoir un aperçu de KL.
Hé bien, nous nous sommes débrouillée comme des chefs : obtenir un visa de sortie (aucun problème au service de l'immigration) changer quelques dollars (le plus simple!) suivre les affiches roses KLIA Express (15 euros AR) 20 mn pour arriver à la gare centrale, repérer les centres d'intérêt, les lignes de métro (rapid KL) qui les desservent et profiter du reste !

Surprise d'abord devant cette mégapole hyper moderne ! quand nous sortons dans l'immense centre commercial sous les tours Pétronas c'est d'un luxe incroyable... toutes les grandes marques connues sont représentées et les prix flambent... une esplanade dehors avec des jardins, des bassins, des ponts... il pleuviote mais quelle chaleur humide ! nous sommes écrasées par la hauteur des immeubles, pour Valérie c'est une découverte... nous y passons un bon moment puis direction le quartier chinois, au passage nous admirons l'immense Mosquée Jamek (la Malaisie est un pays essentiellement musulman).
Nous ne devons pas être au bon endroit, impossible de trouver une table et des toilettes, nous nous faisons refouler d'une maison de thé (adorable) de plusieurs cafés (pour hommes ?) nous voilà obligées de nous réfugier dans un.... MacDo !!! de quartier et très typique quand même ! jolies maisons, temples, marchands d'offrandes... bien agréable
Nous finirons par traverser le marché... et j'y trouve les chaussettes à un doigt tant recherchées !!!

Retour à l'aéroport, échanges bien sympathiques avec une famille malaisienne en partance pour Pékin, et fin de voyage sans problème sinon le spleen du retour